mardi 29 mars 2011

Retour au roman

Six heures du mat. Un type assis sur un banc public tape le récit de son histoire sur un ordinateur portable.
Voilà le point de départ de mon nouveau roman. Une histoire bavarde et frappadingue dans laquelle passion, trahisons, prostitution, baston, dérision et réflexions sur le monde de l’édition se mêlent.
Idée N° 1 : les confidences du narrateur se déroulent en temps réel, soit de 6 heures du matin à 21 heures.
Idée N° 2 : le narrateur ne manque pas une occasion d’interpeller, voire d’apostropher le lecteur.
Idée N° 3 : le narrateur, qui est aussi le personnage principal, est un sale type. Un très sale type.
Idée N°4 : les autres ne valent pas mieux.

3 commentaires: