mercredi 8 juin 2011

De peur que les Ténèbres... 2011

"L'ombre sur le palier" est une nouvelle assez longue puisqu'elle dépasse les 40 000 signes, c'est aussi une des premières que j'ai écrites. C'était en 2005, je crois. Trop longue pour paraître dans la plupart des revues et fanzines, je l'ai finalement proposée à la revue Ténèbres en 2008, en même temps qu'un autre de mes textes "Le réveil".
A ma grande surprise mes deux histoires furent retenues, même si seule la seconde fut publiée.
Le temps a passé et, un jour de ce début d'année 2011, j'ai relancé Benoît Domis au sujet de mon second texte. Comme ce n'était pas lui qui s'était occupé de la sélection des auteurs français la première fois mais son associé Daniel Conrad, il m'a demandé de lui renvoyer ma nouvelle.
"L'ombre sur le palier" lui a plu et il m'a proposé de la faire figurer au sommaire de l'édition 2011 de Ténèbres, revue devenue anthologie annuelle du fantastique, de l’horreur et du suspense.
Chouette ! S'il y a un plaisir qui ne s'émousse pas c'est bien celui d'être publié et je suis ravi de figurer dans ce sommaire aux côtés d'auteurs anglo-saxons. La petite maison d'édition Dreampress.com fait en effet du beau boulot éditorial en publiant à la fois des grands auteurs et des petits nouveaux

La nouvelle maintenant.
"L'ombre sur le palier" est une histoire classique de monstre et de terreur psychologique. Une fois encore, ce n'est pas tant le sujet lui même que la façon de le traiter qui m'a intéressé, le regard que je pouvais porter sur les différents protagonistes de l'histoire et plus particulièrement sur cette femme et son enfant terrorisés par un époux tyrannique.
"L'ombre sur le palier" c'est l'histoire d'une femme victime de violences conjugales (même si elles sont difficiles à comptabiliser, on estime que sept femmes meurent chaque jour de violence conjugales en Europe ! Cf. article)
"L'ombre sur le palier" c'est l'histoire de la bête qui sommeille en nous les hommes et, aussi, de celle qui, parfois, est tapie sur le palier...

3 commentaires:

  1. Félicitations ! La nouvelle est prometteuse.

    RépondreSupprimer
  2. Prmeteuse mais terrifiante!!!!!

    RépondreSupprimer
  3. La critique du recueil par Noosfère :
    http://www.noosfere.org/icarus/livres/Niourf.asp?numlivre=2146579595

    RépondreSupprimer