jeudi 15 septembre 2011

Five years later

Reçu par mel le 6 septembre dernier :


Monsieur,

Voici la copie de la lettre que nous vous avons adressée et qui nous
est revenue :

Nous avons eu bonne réception de votre roman intitulé "L'assassin
celte" et vous remercions de votre patience et de l'attention que vous
avez portée à notre maison d'édition.

Toutefois, même s'il y a d'évidentes qualités dans votre manuscrit,
nous sommes au regret de vous annoncer que nous ne pouvons vous
répondre favorablement.

Voici principalement ce qui a motivé notre refus :

"Classique", voici le terme qui pourrait parfaitement convenir à votre
manuscrit. Quand il sert à définir une bonne maîtrise des ressorts
classiques de la narration et du suspens –comme nous avons pu en juger
dans votre manuscrit–, c'est une bonne chose.
Toutefois, lorsqu'il s'immisce dans le style et le thème, cela devient
assez gênant. En effet, avec la maîtrise qui est la vôtre des ressorts
narratifs, on aurait espéré plus d'originalité, plus de révélation et
d'indépendance par rapport à vos sources d'inspiration (cinéma et
lecture).
Peut-être le temps qu'il nous aura fallu pour vous répondre vous
permettra-t-il de jeter un regard neuf sur votre manuscrit, à l'aune
de nos remarques, et de comprendre ce que nous entendons par
"classique".

En espérant que ces remarques pourront vous aider dans votre travail
d'écriture, veuillez agréer, Monsieur, l'expression de nos sincères
salutations.


Petite précision : il s’agit là de la réponse que vient de m’adresser une maison d’édition spécialisée dans la Fantasy à laquelle j’avais adressé mon premier projet de roman le 15 mai… 2006 !

Au moins ont-ils pris la peine de me répondre, ce n’est déjà pas si mal !


2 commentaires:

  1. Et peut- être que le temps de la réflexion est là!!!! En tout cas, un jour, peut-être tu verras un de tes bouquins publié aprés un certain temps alors que tu avais oublié l'envoi! Des fois il y a des bonnes nouvelles!!
    WV

    RépondreSupprimer
  2. Que dis- tu du dicton: " mieux vaut tard que jamais?"

    RépondreSupprimer