mardi 29 novembre 2011

Bonne nouvelle du Québec !

La bonne nouvelle de la soirée : une de mes nouvelles policières vient d'être acceptée par la revue Alibis ! Facétieux, les cousins : ils m'ont laissé languir 9 longs mois !  
Je les aime !

vendredi 25 novembre 2011

Yves-Daniel CROUZET nouveau roman : quel est le genre ?

Aïe, c'est la question qui fait mal ! Je suis souvent incapable de dire à quel genre se rattachent mes écrits. Je suis toujours à cheval entre les catégories.
Mes nouvelles, déjà, flirtaient entre fantastique, insolite, science-fiction, horreur et polar...
Ce n'est pas un thriller, c'est sûr... Pas un roman fantastique, non plus. Ni un policier. Un roman noir ? Peut-être. Un roman d'aventures ? On s'en approche. Un roman à suspense ? Je l'espère, sinon il risque de tomber des mains des lecteurs.
Disons que c'est un roman fourre-tout bavard et violent, cynique et amoral, drôle aussi je l'espère. Enfin pour ceux qui aiment l'humour noir. Très noir. On est plus proche des personnages de "Mortelles Attractions" que de ceux des "Fantômes du Panassa", pour ceux qui ont testé les deux.
Kanata qui me fait la gentillesse de le lire et de le commenter m'a d'ores et déjà dit que ce n'est pas un roman pour amateurs de Bisounours.
C'est bien embêtant ! Ça me prive d'un marché important !

samedi 12 novembre 2011

Type de narration

« La belle, la brute et le truand » est un récit à la première personne. Le narrateur est le héros de sa propre histoire. Pour faire savant on parle alors de narrateur autodiégétique.
Les confessions de Vince sont écrites en "temps réel" soit, approximativement, entre 3 heures du matin et 21 heures, alors qu'il attend l'arrivée de… quelqu’un.
Des intermèdes, au présent, lui permettent de s’adresser directement au lecteur et de nouer une sorte de "dialogue" avec celui-ci.
Vous avez pu en voir un exemple avec le premier extrait.
Le troisième extrait présenté se situe dans le premier tiers du roman. C’est l’instant où tout bascule entre deux personnages.