mercredi 25 janvier 2012

Première réponse : Editions Fayard

Bon, la première réponse est arrivée. Des éditions Fayard.
Editeurs, visez au cœur !
Vous l’aurez deviné, elle est négative.
Ce qu’il faut en retenir : « En dépit de votre plume, dont il (le comité de lecture ?) perçoit à juste titre les qualités, nous n’avons pas trouvé suffisamment d’intérêt à l’intrigue pour nous engager dans sa publication. Notre collection noire ne publie qu’une dizaine de titres par an. »
Déçu bien sûr.
Ma réaction a été immédiate : j’ai lancé ma deuxième vague d’assaut.
Le manuscrit retourné a donc été envoyé à un autre éditeur, Le Tengo, petite maison dont le ton Rock’n’roll m’a séduit et est peut-être plus en phase avec mon texte.

vendredi 20 janvier 2012

Est-ce un avantage d'avoir déjà été édité ?

Avoir déjà été édité confère-t-il un avantage sur le commun des mortels quand on présente un ouvrage à un nouvel éditeur ? Voici une question intéressante.
J'ose espérer que la réponse est oui même si des témoignages comme ceux de Daniel Walter sur le site de Nicolas Kempf ne sont pas particulièrement encourageants.
Un éditeur répondrait probablement : "Tout dépend de la qualité du manuscrit !"
Certes, mais encore...
Une première publication aide sans doute à franchir une première étape psychologique. A défaut d'un a priori positif, l'attention (la curiosité peut-être) de l'éditeur doit être, je suppose, éveillée.
La contrepartie de cette attention c'est que le niveau d'exigence est peut être supérieur que pour un auteur débutant.
Par ailleurs, je m'interroge sur l'appréciation portée par l'éditeur sur l'ancienne maison d'édition de l'auteur. Il a nécessairement un jugement de valeur sur celle-ci. Bénéficie-t-elle d'une bonne réputation ? Les livres qu'elle publie sont-ils d'une qualité suffisante ? Dans l'hypothèse où l'éditeur estime que ce n'est pas le cas, votre manuscrit ne risque-t-il pas alors de partir avec un handicap ?
Autres questions que peut se poser l'éditeur démarché : l'auteur n'essaye-t-il pas de me fourguer un manuscrit refusé par sa précédente maison d'édition ? Dans la négative, pourquoi veut-il en changer ?
Alors, est-ce un avantage d'avoir déjà été édité ? On le voit, la réponse n'est pas si simple. In fine on en revient toujours au même constat : "Tout dépend de la qualité du manuscrit!"

Ps : Toujours pas de réponses ! Même pas un accusé de réception !
Brrr… L’angoisse monte !

samedi 14 janvier 2012

Bagneux - Salon du Livre - Zone Franche 2012

Il ne faudrait pas que j’oublie le prochain salon du livre de Science-Fiction, de Fantasy et de Fantastique qui aura lieu les 11 et 12 février prochain à Bagneux. Surtout que ce sera peut-être le seul salon auquel je participerais en 2012 !
Je n’aurais aucun nouveau livre à y présenter. J’y viendrai donc juste pour le fun, pour y retrouver mes amis et camarades auteurs et rencontrer les lecteurs.
Comme l’an passé, Cyril Carau et ses éditions Sombres Rets accueilleront mon humour à deux balles.
Quelle patience ils ont avec moi !

mercredi 4 janvier 2012

Comité de lecture (extraits)

A défaut du comité de lecture des Nouveaux Auteurs, riche d'enseignements (Cf. mes posts sur mon ancien blog), j'ai cette fois eu recours à un comité de lecture maison.
J'ai donc mis à contribution les membres de ma famille et quelques connaissances.
Il m'a paru intéressant de vous livrer ici le florilège de leurs retours.


"J'ai adoré les dix premières pages qui m'ont rappelé le dernier Marc Levy. Ensuite... Ensuite, c'était... différent." ma mère.
"Je n'arrive pas à croire que c'est toi qui as écrit tout ça ! 300 pages, c’est énorme !" ma sœur.
"J'ai tout adoré, sauf la fin !" ma grand-mère maternelle.
"Quelle imagination !" s'est exclamée ma belle-mère qui s'y connaît en imagination puisqu'elle a lu l'intégrale de Guy des Cars.
"J'ai beaucoup aimé l'histoire d'amour entre le héros et l'adolescente" m'a avoué le curé de ma paroisse.
"C'est la première fois que je lis un livre où il n'y a pas de vampires. Mais c'était quand même bien." ma nièce.
"C'est la première fois que je lis un livre où il n'y a pas de dragons. Mais c'était quand même bien." mon neveu.
"J'ai tout particulièrement apprécié la fin qui survient pile poil au bon moment, c'est à dire avant qu’on ait le temps de s’ennuyer. " Julien, un ami.
"Ce qui est bien avec votre livre c'est qu'on peut le lire plusieurs fois. On ne cesse d'être surpris, que dis-je, sidéré !" mon beau-père.
"Je n'ai qu'une critique : pourquoi est-ce si glauque ? Mais à part ça j'ai adoré !" une de mes belles-sœurs, fan de Littérature en général et de Barbara Cartland en particulier.
"J'ai bien aimé. C'est formidable ce que tu as réussi à faire pendant que je m'occupais de la maison !" ma femme.
"Un chef d'œuvre !" mon fils, alors que je m'apprêtais à lui parler de son dernier carnet de notes.
"C'était cool. J'ai déjà lu un truc dans ce style... Ou alors c'était peut-être un film. Tu sais avec.... Machin, cet acteur qui a aussi joué dans.... allez... tu vois de qui je parle... il est marié avec cette superbe nana... comment elle s'appelle déjà ? Bref, c'était super cool !" mon beau-frère.
"Le best-seller assuré " une autre de mes nièces, la veille de son anniversaire.
"Ça va se vendre comme des petits pains !" ma concierge quelques jours avant les étrennes.
"Quand je pense qu'il t'a fallu un an pour écrire ça ! Quelle persévérance ! J'en reste sans voix !" mon frère aîné.
"C'est bien écrit. L'histoire est bonne. Ça ferait un excellent téléfilm !" un ancien camarade de classe retrouvé sur Copains d'avant.
"Ce que j'aime le plus c'est la vertigineuse mise en abîme de l'écrivain saisi de doutes existentiels et partagé entre son envie d'être dans la vraie vie et son besoin maladif d'être l'observateur de sa propre existence, d'en être le spectateur impartial et clinique, le témoin distancié" (extrait). Un ami de ma femme, enseignant.
"Je ne l'ai pas encore lu, mais de toute façon tout ce que vous écrivez est génial !" une fan rencontrée lors d'une séance de dédicaces, avec laquelle j'ai bien sympathisé (heu… en tout bien tout honneur).
"Je suis arrivé à la page 100 !" a triomphé Bernard un collègue de bureau, fan de football a ses heures.
"C'est complètement toi, le personnage principal. Complètement ! A part que tu n'es pas un assassin. Enfin, je crois." Félicie, une amie.
"Wesh, il est trop bien ton bouquin, tonton ! Ziva, il déchire sa race ! Grave !" un autre de mes neveux.
"Je suis très fier de toi, mon fils, même si j'aurais préféré que tu fasses ta médecine." mon père.
"C'est sûr, tu vas faire un carton avec ton nouveau livre ! De toute façon, il ne peut que mieux marcher que ton dernier, hein ?" Kanata sympathique bêta-lecteur.

Ces commentaires élogieux m'ont complètement rassuré sur les qualités de mon livre et ses chances d'être édité.
Je les ai d'ailleurs repris, en annexe, dans ma lettre d'envoi aux éditeurs.
Autant mettre toutes les chances de mon côté, n'est-ce pas ?


Allez, bonne année 2012 et meilleurs vœux à tous !