mardi 29 janvier 2013

Marre !

Marre des éditeurs qui ne répondent pas.
Marre des revues/anthologies qui n'ont même pas la politesse d'accuser réception de vos textes.
Marre des revues qui ne publient et n'encensent que les potes et les copains de ces potes.
Marre du copinage éhonté et de la consanguinité du milieu SFFF.
Marre des gens qui s'éditent eux-mêmes et se proclament auteurs.
Marre des écrivains qui n'ont jamais franchi le cap d'un vrai comité de lecture et affichent des airs supérieurs.
Marre des réseaux de connaissances sans lesquels rien ne se fait.
Marre de l'autosatisfaction béate de certains.
Marre des poses arty/intello/prolo/gaucho qu'affectent sur les salons des gens qui n'ont jamais tenu un manche de pelle et n'ont même pas connu Mai 68.
Marre de ceux qui font de la lèche pour pouvoir être édité.
Marre de l'admiration béate et servile à l'égard des auteurs reconnus (c.a.d publiés par de vraies maisons d'édition).
Marre des "j'aime" sur FB quand une célébrité de seconde zone proclame sur le net la naissance de son nouveau rejeton visqueux.
Marre des cons qui se plaignent.
Marre de ceux qui en ont marre !
Marre de tout.
Marre de... moi aussi !


(A votre tour...)

11 commentaires:

  1. Tu ne laisses pas grande marge pour ajouter quelque chose, tout est dit ! Mais je te contre et relance de dix en retroussant ta liste dans l'autre sens pour te prouver que l'inverse est vrai :

    Marre de... tout sauf tes humeurs !
    Marre de rien.
    Marre de ceux qui se foutent de tout !
    Marre des gens bien qui encaissent sans rien dire.
    Marre des critiques systématiques à la sortie des titres des "grands" sous prétexte qu'on croit faire mieux.
    Marre du dénigrement hautain des primo-romanciers (édités dans les petites structures) par la fratrie germanopratine.
    Marre de ceux qui font l'autruche en attendant une intervention miraculeuse.
    Marre des soixante-huitards attardés, baba cools de la SF de comptoir qui pensent qu'être sobre et maître de ses propos c'est être psychorigide ou soumis au capitalisme.
    Marre de l'autodérision calculatrice de beaucoup.
    Marre de ceux qui réussissent tout tout seuls.
    Marre des écrivains qui décrochent un vrai contrat et minimalisent le travail acharné fourni pour en arriver là.
    Marre des gens qui se font éditer et se défendent d'être des écrivains.
    Marre de l'indifférence éhontée envers les petits nouveaux qui n'ont rien à apporter.
    Marre des potes qui ne parlent que de revues qu'ils ne connaissent pas.
    Marre des accusés de réception automatiques dont le ton indique clairement que votre soumission est déjà dans les indésirables avant d'avoir été lue.
    Marre des éditeurs qui copie/colle la même réponse à tous avec des lettres androgynes pour ne pas risquer de se planter entre pronom masculin et féminin.

    RépondreSupprimer
  2. Hé hé ! Yves, ne t'inquiète pas... Ça ira mieux demain :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah ce débordement d'humeurs ne concernait pas nos amis québécois qui toujours accusent réception de nos textes, y répondent et, suprême classe, les commentent !
      Ah, le beau pays !

      Supprimer
  3. Vive le Québec !... Et quel beau pays...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le Québec, le Québec... je tiens à modérer : l'Ontario c'est bien aussi ;-)

      Allez : Vive la feuille d'érable !

      Supprimer
  4. Allons bon! Marre toi un bon coup, et t'en auras moins marre de tout. (Prends exemple sur la cantinière qui se marre avec ses gamelles.)
    Le groisillon

    RépondreSupprimer
  5. Même si certains de tes "marre" sont pour moi discutables, je compatis et partage ton humeur.
    Sinon, essaie ça...

    http://www.youtube.com/watch?v=6wS5xOZ7Rq8

    RépondreSupprimer