samedi 12 octobre 2013

Carnet de retour au pays natal (version 2013)

Cette année, après deux ans d’absence, je participerai à nouveau à la fête du livre de Saint-Etienne. Une manifestation qui m’a apporté de magnifiques souvenirs lors de la sortie de mon premier roman « Les fantômes du Panassa ».
Etre assis aux côtés d’écrivains reconnus tels que Tahar Ben Jelloun ou Franck Thilliez, était magique et inespéré pour le débutant que j’étais. Je me sentais dans la peau d’un imposteur. Timide et emprunté (je le suis toujours) et je n’osais pas me mêler aux autres auteurs.
Le public était charmant (AOC stéphanoise garantie !) et très bien disposé à l’égard d’un livre dont l’action principale se déroule à Sainté. Quelle ambiance le samedi ! Les gens jouaient des coudes dans les travées pour arriver jusqu’à nous. On aurait pu croire qu’on distribuait gratuitement nos livres au lieu de les vendre !
L’année suivante, j’y présentais mon deuxième ouvrage « Mortelles attractions ». La manifestation fut ternie par une grève des trains (expression curieuse, s’agissant de la grève de leurs conducteurs !). De nombreux auteurs n’arrivèrent jamais en ville et ceux qui y parvinrent n’avaient qu’une idée en tête : en repartir ! Les cordons de la bourse municipale avaient aussi été resserrés. J’entendais les vétérans évoquer le bon vieux temps où la Fête du Livre de Saint-Etienne était le 3ème événement de ce type après Paris et Brive.
J’y reviens en 2013 avec "Triades sur Seine", mon petit dernier sorti en mars dernier aux Editions Ex-Aequo. La Libraire de Paris, qui m’a toujours soutenu, m’accueille une nouvelle fois à son stand. Que ferais-je sans eux ?
La sélection des auteurs a cette année été encore très sévère et c’est en faisant jouer la carte de l’auteur local que j’ai pu obtenir mon ticket d’entrée. Tout à coup je me sens dans la peau de Christophe Chalier mon héros des « Fantômes… », le fils du pays qui revient dans sa ville natale. Mais chez moi pas de regret ! Je suis ravi d’y revenir même par la petite porte, même pour un jour au lieu de trois (alors ne me manquez pas : ce sera le samedi 19 octobre 2013) pour défendre mes titres et retrouver mon public (Nota : mon coach en communication s’occupe aussi de joueurs de football !)
Cette fois encore j’espère que le public viendra nombreux et que je ferai de belles rencontres.
Bien évidemment, je ne manquerai pas de vous faire un petit debriefing à mon retour !

(Photo : Université de Saint-Etienne)

2 commentaires:

  1. Je suis super heureuse pour toi!
    WV

    RépondreSupprimer
  2. La librairie de Paris pour soutenir un tel polar, quoi de plus normal ? Bon voyage en tout cas.

    RépondreSupprimer