lundi 30 septembre 2013

Le retour des "Fantômes du Panassa" ou "La nostalgie camarade" dans K-libre !

Extrait de la chronique de Laurent Greusard pour K-libre le site du polar, sur "Les fantômes du Panassa" :

Yves-Daniel Crouzet décrit avec soin et restitue avec conviction un mélange entre le réalisme des situations contemporaines et une sorte de brouillard qui nimbe le texte, qui l'éclaire de manière fantastique, un fantasmatique dilué, à l'instar de cette scène centrale sur le kidnapping de l'enfant où lentement les monstres surgis du flou deviennent des hommes déguisés et masqués, où les légendes urbaines d'un monstre dévoreur deviennent les sinistres magouilles d'un promoteur pédophile. Du coup, Les Fantômes du Panassa s'ancrent quelque part entre Stephen King et Dennis Lehane dont l'auteur s'est inspiré pour décrire de manière acérée l'obligation de se retourner sur son passé pour y découvrir ses propres peurs, ses propres failles, et essayer d'y remédier afin de continuer à vivre en pouvant se regarder dans une glace. Sous prétexte que Saint-Étienne est moins glamour que Boston ou le Maine, le lecteur pourrait passer à côté d'un roman intéressant, bien mené, où la question du passé, de la transmission, des fautes des pères et des rachats des fils forment une trame mélancolique sur un récit bien troussé.

A retrouver dans son intégralité ici

samedi 28 septembre 2013

Géante Rouge avec ma nouvelle "Le démiurge"


Après une longue attente Géante Rouge est enfin arrivé dans ma boîte aux lettres. Compact et bourré à craquer de nouvelles, le magazine est superbe avec ses presque 200 pages (pour 11 euros).

Le sommaire des récits est le suivant :

Gulzar Joby, Gwendolyne [s]
Léo Lallot, Retour sur Garymante
Michel Grange, Le chat de monsieur Grodingo
Nicolas Lefebvre, Chrysalide
Frédéric Gaillard, Mimétisme
Marc Oreggia, Vega's bizarro
Tom Haas, Qui connaît, qui a vu ?
Yves-Daniel Crouzet, Le démiurge
Hugo Van Gaert, Une bibliothèque qui crashe
Didier Reboussin, Wannsee
Laurent Gidon, Lueurs d'Albaretian
Philippe Molé, La rencontre
Thomas Geha, Psychindus
Thomas Geha, Elle(s)
Olivier Gechter et Sandrine Scardigli, Cent pour cent pur cuir
Denis Roditi, Acrobolis
Jean-Pierre Guillet, Même un enfant saurait s'en servir
 
Je vous rappelle que Géante Rouge ne paraît qu’une fois par an. Alors n’attendez pas le prochain numéro !

dimanche 8 septembre 2013

C'est la rentrée... littéraire

– Bonjour Yves-Daniel Crouzet, c’est la rentrée il paraît… Quoi de neuf ? Des projets ?
– Plein ! Septembre, plus encore que la nouvelle année, c’est le moment des grandes résolutions.
– Parmi lesquelles faire du sport, maigrir et aller aux spectacles, je suppose ?
(Rire)
– Bien sûr, mais pas que ! J’ai plusieurs projets sur le feu.
– Lesquels ?
– Parmi les principaux : finir le roman sur lequel je travaille et finaliser un best-of.
– Vous vous lancez dans la chanson maintenant ?
(nouveau rire)
– Non, même si j’ai toujours rêvé d’être chanteur dans un groupe de heavy metal. J’écris depuis 2005. J’ai environ soixante-dix nouvelles à mon actif. J’en ai publié une quarantaine en France et au Canada. Un éditeur a souhaité rééditer mes meilleurs textes fantastiques accompagnés d’inédits. J’ai dit oui, bien sûr.
– La consécration, donc ?
– Ou un enterrement de première classe, ah ah ! En tout cas, j’ai trouvé que c’était une bonne occasion de remettre à disposition du public des histoires devenues introuvables.
– Quel sera l’éditeur du recueil ?
– Pas de nom, s’il vous plaît ! Tout ce que je peux vous dire c’est que c’est une petite maison d’édition qui a déjà publié Ramsey Campbell, Ian Watson, Jean-Pierre Andrevon mais aussi des nouvelles et dossiers intéressants sur Richard Matheson, Dean R Koontz ou Stephen King.
– Rien que ça ?
– Oui. On peut être petit et ambitieux !
– Et ce nouveau roman ? Encore un polar ?
– Non. J’ai décidé de renouer avec le fantastique. Mon genre de prédilection. Il y sera néanmoins question d’assassins en série, on ne se refait pas, mais aussi de fantômes… amoureux. Y’en a marre des vampires et des morts-vivants !
– A qui le dites-vous ! Le titre ?
– J’ai toujours eu un problème avec les titres. Après « Les fantômes du Panassa » que pensez-vous du « fantôme de Belleville » ?
– Heu… moyen.
– Mouais, c’est bien ce que je pensais.
– J’en déduis que l’action se déroulera à Paris.
– Vous êtes perspicace.
– Et vous moqueur. Des salons en perspective ?
– Oui, je serai à la Fête du livre de Saint-Etienne en octobre prochain et au salon du polar de Montigny les Cormeilles en décembre. Et dans la lune la plupart du temps.
– Très drôle ! Un mot sur votre actualité immédiate ?
– Un mot c’est insuffisant mais je peux peut-être m’en tirer avec deux ou trois phrases. La publication de nouvelles chez Géante Rouge, Brins d’Eternité et AOC. Si tout se passe bien tout ça devrait sortir avant la fin de l’année. J’attends aussi des réponses pour divers AT. On a parfois de bonnes surprises en ouvrant sa boite mail.
– Moi, je ne reçois que des spams !
– On a les messages qu’on mérite !
– Mmmm. Eh bien, c’était un plaisir de converser avec vous, Yves-Daniel Crouzet.
– Pour moi aussi. Au revoir et à bientôt.
– Pas sûr !
– Comment ?
– Non, rien.
clic

vendredi 6 septembre 2013

Fête du Livre de Saint-Etienne / salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles

Après deux années d'absence, je renoue avec deux très beaux salons :

- Fête du livre de Saint-Etienne (octobre)
- Salon du polar de Montigny-lès-Cormeilles (décembre)

J'y dédicacerai bien sûr mon roman stéphanois "Les fantômes du Panassa", mais aussi le parisien "Triades sur Seine" et le très noir "Mortelles attractions".

Plus de détails prochainement.