jeudi 23 juillet 2015

Promouvoir son livre : LA solution !

Cet article clôt la série commencée en octobre 2014

Episode 10 : Promouvoir son livre : LA solution !
Alors, me direz-vous tout en cherchant frénétiquement une corde pour vous pendre, que me reste-t-il comme solution pour que mon chef d'oeuvre - fruit de tant de labeur - ne reste pas ignoré ? Eh bien, je n’en vois qu’une seule, effroyablement simple dans son énoncé et terriblement complexe dans sa réalisation : trouver le bon (le vrai) éditeur !
Un vrai éditeur, pour ceux qui l’ignoreraient, c’est celui qui dispose d’un vrai distributeur-diffuseur et de bons commerciaux pour convaincre les commerçants (pardon les libraires) de prendre votre livre et de le mettre en rayon. Un vrai éditeur, c’est quelqu’un qui vous inscrit à de vrais salons du livre, sans que vous préoccupiez d'y acheminer vos bouquins, de payer de votre poche le train et l'hôtel. Le genre de salons où les visiteurs viennent pour acheter des livres et pas pour tuer un après-midi chassieux, comme on va au zoo. Un éditeur, c'est aussi quelqu'un qui vous fait participer à des émissions radios, à des débats, à des rencontres... Un homme (ou une femme !) qui connaît suffisamment le milieu littéraire pour obtenir que des supports (magazines/journaux/chroniqueurs de tout crin/ et pourquoi pas TV, soyons fous !) se penchent sur votre livre (comme de bonnes fées) et se fendent d’une bonne critique (parce qu’on est entre amis, hein…)*
Oui, mes chers lecteurs, cet éditeur-là, pour un écrivain, c’est le rêve absolu, le Graal dans toute sa splendeur. Comme le Yéti, Bigfoot ou le dahu il existe, mais bien peu l'ont rencontré. C'est qu'il ne s'attrape pas avec du vinaigre l'animal ! Il faut le chercher et le séduire. Comment ? Par vos écrits, pardi ! Tout autre moyen relève de la courtisanerie la plus nauséabonde et je suis poli ! Car l’éditeur, s’il est souvent frileux, n’en est pas pour autant stupide. Il sait reconnaître un bon bouquin quand il en lit un. Et si le livre est imparfait, il sait reconnaître le potentiel d’un auteur. Normal, c’est un homme d’affaires. S'il ne l'est pas, il ne reste pas longtemps éditeur.
Oui, je vous le dis, j’y ai bien réfléchi : il n’y pas de salut en dehors d'un vrai éditeur.
Bon, en attendant de trouver cette perle rare (et accessoirement d'écrire un vrai livre !) , je vous invite quand même à partager le présent article ! Cela ne me fera pas vendre un exemplaire de plus, mais, au moins, vous m'aurez fait plaisir !

* Ce qui ne vous dispense pas pour autant de toute initiative personnelle. Les contacts engendrent les contacts, ne l'oubliez pas !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire