mardi 28 octobre 2014

Promouvoir son livre, (grâce aux dédicaces en librairie)

Episode 7 : Les dédicaces en librairies. Ça eu payé, mon bon monsieur !
Vous vivez à Paris ? Alors, bonne chance ! Les libraires croulent sous les demandes multiples et votre nom d’auteur inconnu, ainsi que votre éditeur dont personne n’a jamais entendu parler dépourvu qu’il est de vrai distributeur, les amènera à vous éconduire plus ou moins gentiment. Les libraires, comme les éditeurs, sont des commerçants ne l’oubliez pas. Ils vendent des livres et ils veulent en vendre beaucoup. Le livre est une denrée, un produit comme un autre. Ils vendraient des patates douces si on leur les livrait à domicile et qu’on leur reprenait les invendus sans frais.
Si vous habitez en province la situation est un peu différente. Le libraire peut flairer la bonne affaire qui va dynamiser son échoppe, lui permettre d’attirer le chaland et d’accroître son chiffre d’affaires. Si, en plus, vous évoquez dans votre ouvrage les joyeux métiers d’autrefois et que l’action se situe dans la région ou mieux dans la ville de la dédicace : c’est le jackpot ! Il vous accueillera les bras ouverts ! Le problème, c’est qu’il n’y a souvent qu’une seule librairie dans le bled ! Ce qui restreint forcément les possibilités de dédicaces !

Dans les prochains épisodes, si vous ne vous êtes pas encore suicidés, nous aborderons le cas des blogs puis des sites de littérature (n’ayons pas peur des mots !).

1 commentaire:

  1. Je dois dire que les librairies j'en suis revenu. Pour avoir voulu organiser une séance de dédicace pour la sortie d'Arcanes avec un de mes auteurs, la libraires souhaitait que je propose les ouvrages en dépôt vente. Ca s'est pas fait.
    Alors que dans les chaîne comme Cultura des collègues auteurs n'ont eu aucun problème.
    Et pour l'intégrisme régionaliste que tu évoques ça concerne plus les maisons de la presse que les libraires.

    RépondreSupprimer